paysages portraits Dessins Actualité Journal Liens Index Accueil @ contact


Biographie

portrait

Je suis né en 1943 en Lorraine belge, dans une sorte de village de "hobbits" où chacun connaît chacun, ce qui crée un équilibre précaire entre avantages et inconvénients. J'habite maintenant à Arlon, le chef-lieu de la province de Luxembourg, cité romaine et la plus ancienne ville de Belgique. Comme tous les enfants, j'ai commencé à dessiner dès que j'ai pu tenir un crayon, contrairement à la plupart, je ne l'ai jamais abandonné comme un jouet devenu dérisoire pour le remplacer par des jouets considérés comme sérieux et adaptés à l'âge qu'on appelle adulte. Après de ternes études en gréco-latine chez les pères, j'ai suivi la voie marginale des arts plastiques, passion que j'ai essayé de transmettre par la suite en accompagnant des jeunes qui se sentaient appelés vers le même chemin de vie.

Ma carrière de professeur s'est terminée en 2003. Depuis, je prends le temps de me consacrer presque exclusivement à la peinture, ce qui me permet d'honorer mon imaginaire avec plus de fidélité et de liberté que pendant ma carrière d'enseignant. J'expose régulièrement, particulièrement dans différentes régions de France : Mont-Dore dans le Puy-de-Dôme, Pau, Saint-Léonard-de-Noblat près de Limoges, Lamballe en Bretagne, au Grand Palais à Paris (Art en capital)... Mais aussi en Allemagne, en Autriche et... en Belgique.
De 2003 à 2011, j'ai organisé une biennale des arts de l'imaginaire, Faerie, à la Maison de la Culture d'Arlon, l'occasion pour vingt-cinq artistes internationaux de se faire connaître chez nous, de se rencontrer et de nouer des amitiés.
Cet événement a reçu son coup de grâce suite à l'abandon par la nouvelle équipe maïorale du modeste soutien financier que lui apportait la commune d'Arlon.

Mes premières peintures se situaient déjà dans cette mouvance qu'on peut qualifier de réalisme fantastique, une nécessité intérieure dont quelques expériences abstraites et expressionnistes ne sont pas parvenues à me détourner.

Cette tendance revêt dans mon travail deux aspects complémentaires qui se manifestent l'un par le paysage, l'autre par le portrait. Par le paysage je traduis mon émerveillement devant l'infini pouvoir de création que détient la nature. Les lieux ne sont pas décrits de manière extérieure ainsi que le ferait mieux que moi l'objectif d'un appareil photographique, mais avec le regard intérieur, celui qui grâce à la distance du souvenir et s'insinuant à travers le filtre de la sensibilité ne retient que l'essentiel.

 

Mon manifeste

 

1 - L'imagination est une faculté fondamentale de notre psyché. L'imaginaire a l'âge de l'humanité, il est né et mourra avec elle.

2 - Les premières manifestations artistiques de l'humanité puisent leur nourriture dans l'imaginaire et révèlent l'inquiétude et les fascinations de l'homme face aux puissances mystérieuses de la nature et du cosmos dont nous faisons partie.

3 - Depuis lors, les arts de l'imaginaire n'ont cessé de rythmer l'histoire de l'art et de l'humanité, traduisant nos inquiétudes et nos émerveillements, adoptant des voies d'expression multiples et spécifiques selon les époques et les lieux: voies mythiques, religieuses, magiques, symboliques, visionnaires, surréalistes, métaphoriques... Mouvances que l'on peut qualifier de fantastiques.

4 - Le mot fantastique porte aujourd'hui à confusion car beaucoup, sous l'influence de films le plus souvent conventionnels, le confondent avec le terme "horreur", ce qui ne constitue qu'une tendance du fantastique parmi un tas d'autres, de manière générale la moins signifiante du point de vue du contenu et la moins originale par le style.

5 - L'art fantastique s'est manifesté au cours des âges selon de multiples tendances: mythologiques, religieuses (voir l'Egypte, les cathédrales...), métaphoriques, romantiques, symboliques, surréalsime, onirisme, art visionnaire, new age, heroic fantasy...

6 - Les voies de l'art fantastique ne constituent pas un univers fantasmagorique étranger au monde dans lequel nous vivons, celui qui est généralement considéré comme réel, elles en sont au contraire un prolongement et une expression très engagée, mais elles le font de manière poétique, métaphorique ou symbolique. Ce dernier terme est à prendre dans son acception freudienne et à rapprocher des images que nous produisons chaque nuit dans nos rêves. Ce n'est pas parce que leur sens nous échappe qu'elles n'en possèdent pas un.

7 - Les artistes de l'art fantastique entretiennent l'héritage et le savoir-faire de leurs prédécesseurs et possèdent généralement un solide métier, celui qui sert au mieux leur expression. Grâce à lui, les univers décrits, réalistes ou abstraits, acquièrent une dimension de vérité et se présentent comme tels à l'imaginaire du spectateur. Ce savoir-faire n'est pas un but, mais un moyen au service de l'expression.

8 - Si le savoir-faire des artistes du fantastique est traditionnel, le contenu profond de leurs oeuvres est contemporain. Les thèmes abordés dépassent souvent un moment historique limité pour se tourner vers ce qui est durable si ce n'est éternel en l'homme. Ce qui est éternel est en permanence contemporain et ce qui n'est que contemporain n'est aussi que passager.

 

 

 

 

 

Quelques pensées qui passaient par-là.

Si ta pensée est élevée, seuls les familiers des cimes pourront la saisir.
_____________________

L'important n'est pas l'empreinte que tu laisses, mais le pas qui te fait avancer.
_____________________

A chaque être qui grandit, c'est un peu de l'humanité qui s'élève.
_____________________

L'homme est la mesure de toute chose, pour l'homme, comme le crapaud est la mesure de toute chose pour le crapaud.
______________________

Assoiffé imbécile, tu tournes le dos à l'oasis, anesthésié par les mirages des déserts virtuels.
______________________

La publicité nous prend pour des imbéciles.
Elle a souvent raison.
_______________________

Les mots seront toujours indignes du réel.
______________________

"Profiter de la vie" consiste bien souvent à s'en distraire.
______________________

Être sensible est une force et une fragilité car la sensibilité est génératrice d'exaltations et d'exaspérations.
Les exaltations suscitent l'enthousiasme qui rend la vie passionnante,
les exaspérations incitent au désespoir.
L'être sensible, comme un balancier, oscille d'une à l'autre.
________________________

L'argent n'a pas d'odeur,
mais il lui arrive de puer l'arrogance et la suffisance.
_________________________

Avec ton esprit tu veux comprendre Dieu qui, si il est, est infini.
Autant vouloir contenir l'océan dans une tasse de thé.
_________________________

Beaucoup discourent sur la Source sans en avoir goûté l'eau.
_________________________

Le mental est parasité par un incessant bruit intérieur.
Rien d'étonnant à ce que le monde soit pollué par une déferlante de parlote et de vacarme.
Tout cela est amplifié par les technologies dites de communication.
__________________________

Les machines dites intelligentes sont conçues par nous, à notre image.
N'est-il pas présomptueux de les qualifier d'intelligentes ?
___________________________

Les gadgets dits de communication ont ouvert les vannes à des tsunamis de futilités.
___________________________

L'inexistant aujourd'hui est l'indispensable de demain.
__________________________

Si l'eau du ruisseau ne retourne jamais vers la Source,
c'est parce qu'elle charrie déjà la vision de la mer.
__________________________

Il y a des musiques qui élèvent l'âme
et d'autres qui la font descendre dans le popotin.
___________________________

Pour une larve, l'univers est une feuille de laitue.
___________________________

Si tu restes blasé devant la nature, c'est que tu es déjà dans le coma.
___________________________

Le mépris est le meilleur artifice pour s'illusionner sur sa propre grandeur.
____________________________

Si nous nous désintéressions de ce qui n'est pas indispensable ni véritablement utile,
l'économie planétaire s'effondrerait dans les heures qui suivent.
____________________________

Pour voir mieux et plus loin, il vaut mieux grimper sur les épaules des géants
que de s'aplatir aux pieds des nains.
____________________________

Paradoxe et confusion du mot "culture":
- faire croître notre savoir, notre pensée, notre esprit critique...
- entretenir et répéter des habitudes sans remise en question.
_____________________________

La dissociation du travail de la main de celui de la pensée a appauvri l'un et l'autre.
______________________________

L'art parle le langage de l'âme, seuls ceux qui se souviennent qu'ils ont une âme peuvent le saisir.
______________________________

 

 

 

 

.