titre2019
accueil exposants l'art fantastique liens utiles archives contact

Michel Barthélemy (B) - La croisière s'amuse ou Prospective
gauchedroite

Mes premières incursions dans les domaines de la peinture ont adopté d’emblée des accents de fantastique. Quelques expériences plus abstraites ou expressionnistes ne sont pas parvenues à  m’en détourner, encore moins le spectacle des bricolages contemporains dont le kitsch ou la vulgarité les situent aux antipodes de mes préoccupations. Question de fidélité à soi-même. Mépriser l’imaginaire et le pouvoir d’émerveillement sertis dans notre psyché est une forme d’automutilation.

Pour moi le fantastique n’est pas un domaine déconnecté de la réalité, il y puise au contraire profondément ses racines, mais la substance qu’il en extrait se situe sous le voile des apparences, invitant à explorer une réalité plus profonde et peut-être aussi plus réelle.
 
Cette autre réalité, inaccessible au regard ordinaire, ne peut être perçue que par un œil vierge, celui de l‘esprit, de l’intuition. Et si l’art fantastique adopte généralement les apparences de la réalité objective, c’est pour mieux nous permettre dans un premier temps de pénétrer à l’aise dans des univers qui nous semblent familiers, mais lorsque l’inattendu surgit face à des associations inhabituelles, c’est pour nous rappeler que le connu, banalisé par un regard routinier, recèle toujours une part de mystère, un lot de fascination qui nous rappelle la grandeur de la création et des créatures que nous sommes, un oubli entretenu par les tireurs de ficelles aux motivations peu avouables et qui promeuvent généreusement pour réaliser leurs ambitions des ersatz de valeurs qui distraient de notre profondeur.

Mon tableau "La croisière s'amuse" est une métaphore de nos inconsciences, lorsque nous préférons nous laisser détourner par les chants séduisants des sirènes, plutôt que de tenir la barre en vue de l'accomplissement de notre être.